Mama mia …

Samedi midi au goût de l’Italie ! Sans hésiter, la meilleure de mes préférées de mes favorites de mes pizzas, c’est incontestablement celle aux champignons ! J’ai officiellement décidé qu’il y aura une grosse bonne pizza aux champipis sur la table ce midi. Dans les champs de pêchers autour de la maison, il y a énormément de petites cariolettes, plus connues sous le nom de petits mousserons, ces petits champignons qui poussent dans nos jardins, mais chez nous on les appelle ainsi. Voilà donc la gente masculine qui revient ce matin d’une longue balade avec 2 caisses de petites cariolettes sous le bras ! Alléluia, je sens déjà l’odeur de la grosse part de pizza débordant dans mon assiette. Trêve de plaisanterie, au boulot !

J’en profite pour participer au concours de Cuisicook avec cette recette à base de champignons, pour ceux qui veulent participer, voici le lien: http://cuisicook.com/blog/2012/06/17/gagnez-des-produits-supersec/ , et voici les lots !

Pizza aux cariolettes ou petits mousserons (Alias Pizza MAMAMIA!)

1 pâte à pizza (J’ai pris une pâte Herta special pizza, elle est très bonne)
Une caissette de cariolettes (comptez environ 600 g)
2 gros oignons
1 aubergine
1 branche de thym
une dizaine d’olives noires
1 tranche de jambon blanc
4 cuillère à soupe de « Pesto Rosso » de Barilla, ou de sauce tomate
3 cabécous frais
huile d’olive
sel et poivre
2 pincées de noix de muscade (facultatif)

Commencez par nettoyer les champignons. Il est conseillé de ne pas les passer sous l’eau mais cette fois-ci ils étaient très sales. Egouttez-les bien, puis faites chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive dans une poêle antiadhésive et faites revenir les cariolettes. Les champignons contiennent 80 à 90 % d’eau et la rejettent lors de la cuisson; quand les cariolettes ont rejeté la totalité de leur eau, retirez-là et continuez la cuisson. Salez bien, poivrez, ajoutez la noix de muscade et laissez cuire à feu doux.

Dans une poêle différente, faites revenir les oignons préalablement émincées dans de l’huile d’olive. Ajoutez ensuite l’aubergine coupées en petits morceaux, assaisonnez et continuez la cuisson sur feu doux.

Coupez la tranche de jambon en petites parcelles et écrasez en « galette » les cabécous. Vous pouvez aussi les couper en petits morceaux.

Déroulez la pâte à pizza de son emballage et tartinez-là du Pesto Rosso. Si vous n’en avez pas vous pouvez également le remplacer par de la moutarde, elle relève très bien la pâte et lui apporte saveurs et originalité. Couvrez ensuite du mélange oignons-aubergine, des « galettes » de cabécous puis des champignons. Disposez les olives noires et assaisonnez de thym et d’un filet d’huile d’olive.

Servez avec une salade de roquette et un bon verre de rosé frais !

Si vous avez été très attentifs, il me reste donc une caisse de cariolettes ! Pas de soucis demain midi on restera dans le thème de la mama italienne ! Ça sera pâtes aux champignons à la crème, un classique indémodable. Ration double bien évidemment, qui ne reprend pas deux fois des pâtes ?

Publicités

Le goût de l’Italie

Le kitchenaid est vraiment SEN-SA-SIO-NNEL!
Un conseil, passez dès aujourd’hui aux pâtes maison !
Pensez à les faire sécher au moins une demie journée avant de les faire cuire.

Pâtes maison aux blettes, sauce moza-ricotta de Barilla (miam miam), tomates séchées et comté rapé : C’est BON mais c’est LONG!

Douceur du dimanche soir

Aujourd’hui on a rallumé la cheminée, le temps se rafraîchit et il tombe des cordes. A défaut de pot-au-feu pour se réchauffer, j’ai plutôt pensé « purée », « velouté » pour un peu plus de douceur. J’ai tout de suite pensé à l’aubergine, c’est un légume très doux et qui convient à merveille pour les veloutés. L’amande bien sur, non pas pour la texture mais pour le goût. Et puis en ouvrant le frigo, j’ai trouvé dans le fond du fond deux gros fenouils qui pourrissaient tranquillement dans leur coin. Je les ai sauvé à temps alléluia ! Avec un froid d’automne, 151 cm de gourmandise propose : Tadaaaaa ! (roulements de tambour) .

Velouté  fenouil-aubergine à la crème d’amande

2 gros fenouils
2 aubergines blanches
1 cube de bouillon de volaille
20 cl de lait
30 g d’amandes mondées

Voir la technique des amandes mondées ici :
https://151cmdegourmandise.wordpress.com/2011/10/24/amandes-grillees-et-caramelisees/

Coupez en lamelles les fenouils. Jetez les grosses branches mais gardez les toutes petites pour donner davantage de goût. Taillez en rondelles les aubergines. Les blanches sont mes préférées, elles sont légèrement plus douces que les violettes.
Faites cuire le fenouil et les aubergine à la vapeur. La chair doit être molle.

Pendant ce temps mondez les amandes. Faites bouillir le lait puis jetez y les amandes. Sur feu doux, faites réduire le lait de moitié. Cette opération prend une dizaine de minutes. Passez alors au mixeur le lait et les amandes afin d’obtenir une sorte de crème onctueuse. Réservez.
Faites chauffer le bouillon de volaille dans un petit volume d’eau.
Une fois que les légumes sont bien cuits, versez une à deux louches de bouillon selon la consistance désirez et mixez-les en purée. Ajoutez la crème d’amande et mélangez délicatement. Salez et poivrez à votre goût et servez le velouté bien chaud.

La crème d’amandes fait absolument toute la différence, elle adoucit le velouté et le plaisir en bouche. Vous pouvez l’utiliser pour l’intégrer à un cake ou une crème. Dans ce cas, sucrez d’avantage votre préparation. Quel fruit exceptionnel !

Une tarte pour rendre aimable.

Les carottes ça rend aimable dit-on ? En fait les carottes ça rend aimable lorsqu’elles sont parfaitement cuisinées, parce que les carottes de la cantine, il n’y a pas de quoi te rendre aimable. Alors qu’on nous raconte pas de conneries hein ! La carotte, j’avoue ce n’est pas mon légume préféré. J’ai donc voulu la rendre appréciable pour petits et grands. Pour commencer, la base d’une bonne tarte c’est la pâte, pas de soucis, celle de ma maman est la meilleure ! Pour rendre la garniture plus originale, j’ai ajouté de la vanille en poudre, et croyez-moi j’ai bien fait!

Tarte à la carotte et à la vanille

Pour la pâte :                                                   Pour la garniture :         
250 g de farine                                                      10 grosses belles carottes
125 g de beurre                                                     100 g de fromage râpé
sel, poivre                                                               3 cuill. à soupe de crème fraîche
1 cuill. à café de curry en poudre                        1 gousse de vanille mixée
eau                                                                           3 œufs

Pour la pâte, faites du sable avec le beurre, la farine, le sel, le poivre et le curry.
Formez ensuite une boule en y ajoutant l’eau suffisante de façon à ce que la pâte ne colle plus aux mains.
Faites la reposer au frais le temps de préparer la garniture.
Faites cuire les carottes dans de l’eau salée. Quand elles sont cuites, égouttez-les et passez les au mixeur avec la crème fraîche et la vanille. Quand elles sont réduites en purée, laissez refroidir puis ajoutez les œufs battus en omelette avec le fromage râpé. Salez poivrez. Étalez votre pâte dans un moule à tarte, piquez-la à la fourchette et faite la précuire 10 minutes à 180°C.Versez alors la préparation sur la pâte sablée et enfournez pendant 25 minutes. La garniture doit s’être rétractée. Vous pouvez la servir avec une salade de mâche et roquette.

Vous pouvez aussi en reprendre une part.

Ce midi, c’est arc en ciel.

Purée et  carottes c’est bien, en couleurs c’est mieux ! Voilà pourquoi il existe la vitelotte ! Petite pomme de terre toute violette, qui conserve sa couleur à la cuisson. Décidément la nature fait de bien jolies choses.

Purée onctueuse de vitelottes

1kg de vitelottes
80 g de conté râpé
100 g de beurre
20 à 30 cl de lait
sel, poivre
2 pincées de noix de muscade

Cuisez vos vitelottes dans un grand volume d’eau avec du gros sel. Lorsqu’elle sont cuites, passez les au moulin avec la grille la plus fine. Remettez la purée sur feu doux pour la faire dessécher, et remuez-là à l’aide d’une spatule en bois 4 à 5 minutes. Incorporez votre beurre dans la purée et remuez énergiquement, ensuite versez petit à petit le lait chaud, avec un fouet. Finissez par le conté râpé, salez, poivrez, et ajoutez la noix de muscade. Servez avec des carottes à la crème pour un joli contraste de couleurs.

****

Oh ! Que c’est choux

Oui j’aime cuisiner, oui j’aime passer des heures à mijoter des petits plats, travailler les produits, découvrir de nouvelles saveurs, de nouveaux mélanges. Mais, il y a des jours ou moi aussi j’ai envie de me poser devant mon PC tranquillement, mettre les pieds sous la table et regarder Grey’s Anatomy en tête à tête avec un kinders bueno. Seulement, les kinders bueno c’est bon mais à 563 calories aux 100 grammes, on a tout de suite plus envie de passer à la salade nature ! Alors moi, à défauts de Ferrero chocolat, je suis passé à Ferrero choux chinois ! Une autre manière de remplacer sa laitue, et c’est encore meilleur ! Il suffit d’y intégrer de bons produits, car c’est cela qui fait toute la différence. Et mon dieu, il n’y a rien de plus simple.

Salade de choux chinois

Un gros morceau de choux chinois coupé en courtes et fines lamelles
3 belles « tomates d’autrefois »
1/4 d’oignon rouge passé à la mandoline
1/2 concombre
1 pomme coupées en petits morceaux
1 petite boîte de maïs

des cubes de feta Grecque
de l’huile d’olive, du sel et du poivre !


Les cucurbitacées ont encore frappé !

Cette semaine, j’ai fait une agréable découverte culinaire, nommée le butternut. Cette courge est aussi appellée la doubeurre, et ses graines peuvent se manger salées et grillées au four en apéritif. Moi et ma maman chérie, avons voulu testé cette nouvelle courge, alors pour bien démarrer, nous avons préféré le goûter nature : coupé en rondelles épaisses  arrosées d’un filet d’huile d’olive, sel poivre, et grillées au four avec du sésame. Et ? Et miracle ! Quel délice !!!! Je n’ai vraiment pas pu m’empêcher de me resservir ! (Et même me re-resservir, mais ça faut pas le dire hein !) . La doubeurre porte sacrément bien son nom ! Une texture très veloutée, différente des autres courges. Le butternet est entré dans notre cuisine, cet hiver il passe à la casserole !

****

****