Depuis le temps …

14285226_968432383267485_483772840_o

Oui depuis le temps que je suis sensée faire mon premier Carrot Cake, le voici en long et en large. 

14247849_968423546601702_2103649521_o-2

Cette fois-ci j’ai bien noté toutes les proportions, toutes les épices et poudre de perlinpin dont j’ai eu besoin. Promis je n’ai ni mis au pif, ni rajouté deux trois bricoles avant d’enfourner, aujourd’hui j’ai été très protocolaire – demain est un autre jour 

Personnellement j’ai chargé en épices, quand j’ai feuilleté toutes les différentes recettes de Carrot Cake et que je me suis aperçu qu’il y a avait du gingembre, du mélange 4 épices, de la cannelle et de la noix de muscade je me suis dis « Alors toi j’vais pas t’rater! » Et effectivement je ne l’ai pas raté, et carrément doublé les doses…

A noter que la prochaine fois je ne sucrerai pas mon glaçage, que je trouve un peu déséquilibrant par rapport à la douceur du cake en lui même.

14285679_968415526602504_801189961_o-2

Pour un maxi cake – 5 ou 6 personnes? –

  • 120 g de beurre
  • 250 g de carottes râpées
  • 140 g vergeoise brune
  • 1 cuillère a café de gingembre moulu
  • 1 cuillère à café de cannelle en poudre
  • 1 cuillère à café de mélange 4 épices
  • 3 oeufs
  • 150 g d’amandes en poudre
  • 200 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique

Préchauffez le four à 180 degrés. Gardez les carottes râpées au frais. Pour la confection de la pâte personnellement, je la fais toujours au robot, après à vous de voir!

Fouettez le beurre en pommade avec le sucre et les épices. Ajoutez les oeufs un à un, continuez de fouettez le mélange et incorporez la poudre d’amandes. Tamisez la farine et la levure et incorporez le tout au mélange. Finalement incorporez les carottes râpées.

La cuisson est assez lente, 1h15 pour moi. en fin de cuisson je couvre toujours d’une feuille d’aluminium.

le glaçage se compose de 150 g de beurre fouetté à 100 g de sucre glace. On y ajoute 150g de fromage frais type St Môret puis 100g de mascarpone. Attention à napper le cake lorsqu’il est bien froid pour pas que le glaçage ne fonde avec la présence du beurre. Le décor variera selon vos inspirations !

Moules au wok

img_8919

Une façon différente de cuisiner les moules. Effectivement c’est le moins qu’on puisse dire puisque d’habitude – Ayant un papa fils de marin pêcheur de père en fils vous comprenez –  j’ai l’extrême interdiction de toucher aux moules sacrées. C’est LUI qui les cuisine. C’est là qu’on s’attend à THE RECIPE OF THE WORLD… mais non. Recette:  4 ou 5 GROS oignons – « Rouges ou jaunes on s’en tape » – découpés bien grossièrement – voir en 4 – du laurier « sauvage » – Ou piqué chez le voisin – Un bon litre de vin blanc, hop en cocotte et au feu – « fort ou doux on s’en tape tant que ça déborde pas » – Et voilà LA meilleure recette de moules nordique, accompagnée d’une bonne frite bien grasse. On va pas se mentir, en soit c’est quand même bon, et le meilleur dans tout ça c’est la simplicité. Sauf que moi j’avais pas envie de manger des moules aux oignons et ma mère avait pas envie de grossir – En l’occurence à cause des frites- Donc il a fallut faire autrement.

img_8914

je sais mes photos ne sont pas de super qualité en ce moment, j’ai cette fâcheuse manie de vouloir aller vite et de photographier avec mon iPhone, mais promis je repasse au Canon incessamment sous peu. 

Donc j’ai d’abord préparé un assaisonnement avant de faire sauter mes moules au wok. Simple comme bonjour: Basilic citronné mixé, huile d’olive – s’il vous plaît appliquez vous sur le choix de l’huile d’olive c’est carrément trop méga important – Piment d’espelette, un peu de curry sel poivre. Une fois que les moules s’ouvrent vous assaisonnez les moules et vous laissez sur le feu encore quelques minutes, c’est super simple mais une moule trop cuite c’est franchement pas le feu de Dieu, c’est un peu comme les moules dans la paella a 3€ la barquette. Ensuite, crème ou pas crème? Telle est la question…

Birthday Cake

image1

Rien de plus simple qu’un gâteau au chocolat et une ganache au Nutella. Le plus long…. c’est le dressage !

image2-2

 

 

Banoffee

Vous connaissez le principe du Banoffee? – Genre je vous apprends un truc de malade – C’est purement et simplement la contraction du mot Banana et Toffee, donc banane et caramel pour les monolingues – Yes Sir I speak english – Et donc cette petite bombe calorique nommée Banoffee est une grande première pour moi.

img_8966

SAUF QUE.

Sauf que. Il y a des fois ou je DOIS surveiller ce que je cuisine parce que ce que je cuisine, et bien je le mange. Donc, étant donné la quantité asssssstronomique de bananes présentes dans cette petite bombe finalement plus tellement calorique que ça , j’ai tenté de réalisé quelque chose de plutôt « light », pas trop sucré en bouche et…. sans matière grasse – Ya Nigga – 

DONC.

Donc (1)  il y a 4 bananes écrasées, + 150g de farine + 1 yaourt sucré – Style la Laitière – 2 oeufs, + 1 sachet de levure chimique + 1 cuillère à café de vanille liquide.  Donc en soit, la pâte n’est franchement pas compliqué. Et le reste non plus d’ailleurs.

Donc (2), au préalable j’ai disposé des rondelles de bananes au fond de mon plat – transparent le plat, pour qu’on voit tooooutes les couleurs caramel – puis j’ai versé un caramel beurre salé – Oui je sais, fallait bien que je me rattrape quelque part, et en plus je l’ai déglacé avec de la crème fraîche 5% , autrement dit du fromage blanc hein,  mais le sucre de la banane a fait le reste du taf à la cuisson – et finalement j’ai versé ma pâte par dessus. 30 minutes plus tard a 180 degrés j’trouve ça plutôt pas mal.

D’ailleurs en parlant de bananes, ce fruit est franchement pas incroyable? Le matin dans ma pâte à pancake je remplace mes oeufs par une banane bien écrasée, et mes petits pancakes doublent de volume, et pas forcément besoin de les sucrer à la dégustation du coup!

Bon, j’ai trop parlé, Salut !

10649500_721416351302424_6149287114615422343_n

11428485_727737747336951_3605728617002169209_n

Cookies pour les 1/2 fit girls

img_8751

Bon alors là je voudrais pas me vanter… mais j’vais me vanter quand même. Parce qu’il est rare de trouver des cookies que quand tu les manges ben t’as pas plein de beurre luisant qui te reste sur les doigts, parce qu’il est rare de pas taper un AVC quand tu lis les valeurs nutritionnelles du cookie que t’en en train d’ingurgiter innocemment, et parce que c’est rare de pas trouver ça super lourd au bout du deuxième, et bien MOI – Oui Moi – J’ai trouvé le dosage peurfect du cookie peurfect. Premièrement, un bon cookie ne sera jamais un bon cookie si le beurre n’est pas de qualité ou si il n’est pas bien froid lors de son incorporation. Mon critère numéro Ouno – On ne dirait pas comme ça mais je suis réellement bilingue en espagnol – est de garder du début à la fin un appareil bien frais, et pour ça je confectionne toujours ma pâte au robot. Ensuite, pour ce côté croustillant que j’aaaaaadore c’est définitivement la faute à la cassonade ! Parce que le calibre est plus gros que du sucre blanc, et qu’il n’a donc quasiment pas le temps de fondre à la cuisson puisqu’il est soumis à une température très élevée dès son entrée dans le four. Alors pour cette fois, j’écrirai la recette parce que quand même, 151 cm de gourmandise a fait des prouesses…

Pour une vingtaine de cookies 

  • 130 g de cassonade – Et oui, c’est light –
  • 100 g de beurre demi sel
  • 220 g de farine
  • 1 oeuf
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • Noix de coco râpée – Oh non, svp ne me demandez pas combien, y’en a beaucoup c’est tout ! 
  • Raisins secs – J’ai mis une barquette vendue dans le commerce d’environ 200 g –
  • 1 cuillère à café de vanille liquide

Travaillez le beurre en pommade au robot, incorporez le sucre et fouettez le mélange quelques minutes. Ajoutez l’oeuf et la vanille liquide et progressivement, le mélange farine-levure. Ajoutez la noix de coco et les raisins secs et travaillez rapidement au robot. Formez une boule et réservez au frais au moins 15 minutes. Moi perso, quand je suis pressée  – c’est à dire tout le temps – je place mon pâton au congélateur 5-10 minutes.

Formez des petites boules rapidement pour ne pas réchauffer la pâte et disposez les sur votre plaque de cuisson. Moi, mon four n’est pas à chaleur tournante, donc c’est un petit peu plus long, c’est à dire que je les enfourne 15 minutes a 240 degrés. Au bout de quelques minutes je baisse la température a 200-180 degrés. J’éteins mon four et je les laisse mes cookies à l’intérieur pour qu’ils sèchent un petit peu et qu’ils continuent de cuire sans brûler.

Sunday vibes

 

img_8951

Before the plancha.

img_8952

After the plancha.

Carpaccio de saumon aux agrumes

Parce qu’en ce moment mon truc c’est le pamplemousse, j’en mets vraiment – mais vraiment – partout.

img_8995

Pour le carpaccio en lui-même, ne choisissez pas de filet, c’est plein d’arêtes! Optez plutôt pour la queue du saumon, un peu plus grasse certes, mais bien plus pratique à la découpe. J’aurais aimé que le poissonnier me découpe mon p’tit carpaccio, mais j’ai du me débrouiller toute seule… Oui, plaignez-moi. Bon, le principe est simple, des tranches très fines, après ne me forcez pas à vous donner une leçon de poissonnerie ou mon nez s’allongerait. Les p’tits dés oranges que vous voyez sont des carottes sautés au pamplemousse, les p’tites rondelles sont des radis – bien jeunes les radis sinon ça pique ! – viennent ensuite des quartiers de pamplemousse sans la peau, du basilic – Of course, j’en mets aussi partout en ce moment – du lait de coco, et surtout une sauce ciiiiitriiique faite de citron vert, son zeste, le zeste du pamplemousse, poivre sel, sésame et un peu de sauce soja – et il me semble des grains de vanille – Inutile de le placer trop longtemps au frais, avec tant d’acidité le saumon va cuire très vite, tout dépend de comment vous le préférez.

Crevettes à la citronnelle

img_9018

Je sais, c’est étrange de cuisiner asiatique avec des pâtes de blé dur et non pas des pâtes chinoises ou encore du riz. Cela dit j’ai quand même tenté le coup et le résultat était assez surprenant, parce qu’on ne retrouve pas complètement toutes ces saveurs asiatiques, ce mélange en bouche riz-coco-curry, un peu comme le mélange riz-avocat-soja-philadelphia des maki california… Mais bon, la citronnelle a fait le taf! Je n’en utilise pas beaucoup, pourtant je devrais, je me suis rappelé à quel point ça pouvait parfumer un plat, et en plus ça ne coûte pas très cher pour le peu qu’on y met.. quelque chose comme 1,50€ a grand frais. Cuisiner asiat’ demande beaucoup d’ingrédients qui sont souvent compliqués à se procurer – Genre du Tamarin, c’est quoi ce truc? – et si ils ne sont pas compliqués à trouver, alors ils sont chers. Donc pour ceux qui n’ont pas de Ching Chong Shop à proximité, munissez-vous simplement de curry, de gingembre frais – ou en poudre, pour ceux qui habitent vraiment a Perpette les olivettes – de citron vert et de lait de coco, et vous avez ma parole qu’avec ces 4 ingrédients magiques, vous faites des miracles. Pour le coup, je me suis un peu pris pour Thierry Marx a rajouter du basilic frais en dernier lieu – ça c’est pour la touche Italian food – et pour un peu plus de goût j’ai d’abord fait caramélisé un oignon rouge avant de faire sauter mes crevettes. Ensuite,  – Ensuite j’ai fait quoi déjà? – Je pense avoir déglacé à la sauce soja – Et là vous vous dites « Mais est-ce qu’elle est sérieuse ? » – Une bonne brique de coco et à table!  Et je ne sais plus rentrer dans ma robe….

A + !

Tarte d’été

Vacances en famille: approvisionnement de 30 kilos d’abricots. Mais on fait quoi quand les derniers kilos restants commencent a ramollir?

IMG_8207

J’ai fait une pâte sablée simple, 250g de farine mélangée à froid à 100g de beurre, 70g de vergeoise battue avec 2 jaunes d’oeufs et un petit peu d’eau. J’ai confié la tâche à ma petite cousine de disposer les abricots, mais par souci esthétique elle a pensé bien faire en les disposant face contre pâte… J’ai eu une petite minute de réflexion, mais sachant que je vais toucher pré-cuire ma pâte….Je me suis dit qu’il y aurait des chances qu’elle ne soit pas trop imbibée. Et pour l’originalité, j’ai dressé partiellement une crème pâtissière au citron vert, pas trop trop sucrée, juste pour le goût – Et d’ailleurs j’ai été agréablement surprise – Si vous êtes sensibles à l’acidité, notamment bien présente dans l’abricot cuit, sucrez d’avantage la crème pâtissière.

Alors évidemment les fleurs…. ça se mange pas, en fait c’est juste pour la photo – Comme toujours – . Quoi que? J’ai simplement veillé à ne pas déposer de géranium sur la tarte, parce que j’avais pas forcément envie d’empoisonner toute ma famille!

Si j’avais pris un peu plus de temps, j’aurais bien nappé la pâte d’une crème d’amande, ce sera pour la prochaine fois! A savoir qu’une tarte est toujours meilleure le lendemain – Sauf pour les trop gourmands