Coucou mon choux !

En ce moment c’est la folie des pièces montées ! des choux, des choux, des chou-choux ! Chocolat, vanille, caramel … La pièce montée est, je trouve, la plus élégante des pâtisseries, et puis… c’est vrai que c’est bon ! Au départ j’avais l’intention de publier les photos de toutes mes pièces montées, de la première jusqu’à la dernière, mais quand j’ai re-visionnée les premières je me suis dis: « Maaaaaadre miiiiiia! » trois choux tordus et disproportionnés qui se battent en duel, non franchement non, c’était juste impossible. Veuillez m’en excuser, mais je triche pour le bien de tous! Envoyez-moi les vôtres !

this 0

IMG_3225

IMG_2217

IMG_2172IMG_2210

Envie de soleil !


Aujourd’hui il fait froid, oui depuis quelques jours le soleil n’est plus très performant.. à mon grand désespoir! Qu’est-ce que c’est bon quand on s’imagine sur la plage en plein mois de juillet sur la côte d’azur dans notre petit bikini! Il faut dire qu’en polaire Quechua, et chaussettes Scoubidoo, on a tout de suite l’air moins sexy… C’est pourquoi en pensant « St Tropez » j’ai pensé « tropézienne », ou comment retrouver le soleil à travers une pâtisserie! Evidemment comme je suis la plus grande magicienne du transformaaaage de recettes, c’est bien sur fait à ma façon et mon gâteau n’avait pour « tropézienne » que le nom!

Fausse tropézienne

Gâteau
150 g de farine
100 g de sucre
1 sachet de levure chimique
2 grosses cuill. à soupe de crème fraiche
3 oeufs
50 g de beurre
100g de noix de coco râpée

crème pâtissière
25cl de lait entier
3 jaunes d’oeufs
50 g de sucre
25 g de farine

+ 3 pommes

Tamisez les poudres. Ajoutez les oeufs battus avec la crème fraîche. Mélangez bien et incorporez le beurre fondu refroidi. Versez la pâte dans un moule circulaire de préférence et enfournez 20 minutes environ. Sortez le gâteau et laissez bien refroidir. Lorsqu’il est presque refroidi ou tiède coupez-le en deux dans le sens de la longueur de façon égale. Réservez.
Portez le lait à ebullition dans une casserole. Pendant ce temps, fouettez les jaunes avec le sucre puis incorporez la farine. Versez le lait bouillant sur les jaunes tout en fouettant. Reversez dans la casserole et faites bouillir a feu doux tout en fouettant jusqu’à épaississement. Nappez de cette crème une des moitié du gâteau, ne refermez-pas.
Pelez les pommes et coupez-les en quartier. Faites-les caraméliser à la poêle avec une noix de beurre. Elles doivent rester légèrement fermes.
Disposez-les en rosace directement sur la crème pâtissière et refermez avec l’autre moitié de gâteau.
Laissez refroidir au frais avant de servir.

Une tarte, des fruits. Ni plus, ni moins.

Un dimanche d’été, rien ne vaut une bonne tarte maison avec des fruits de saison. Une bonne pâte sablée maison avec 125 g de beurre mêlé à 250 g de farine, auxquels on ajoute, une fois réduits en sable, un oeuf préalablement battu avec 70 g de sucre. On pré-cuit la pâte à blanc. Seront ajoutés sur cette pâte sablée AUTANT de nectarines voulues coupées en fines lamelles puis parsemées de sucre roux. 15 minutes à 180°C, et elle est pas belle la vie? Une tarte simple comme bonjour, aussi simple que la recette, vieille comme le monde et à laquelle on réserve pourtant un accueil triomphant lorsqu’elle s’invite à table.

 

Un cheesecake de super héros

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de ma meilleure amie, et une meilleure amie vous savez ça s’entretient! Je l’ai donc invité à se mettre à table dans ma jolie petite demeure (c’est bien d’en rajouter dans la vie non ?). En menu principal, plutôt classique: lasagnes maison aux légumes. Du déjà vu n’est-ce pas? Non j’aurais plutôt envie de vous présenter mon dessert, une véritable création créative créée par moi-même, grande créatrice de créations!  Plutôt long à réaliser car il y a 4 appareils (d’où le titre de « cheesecake de super-héros! »), mais quand on aime, on ne compte pas, c’est bien ça qu’on dit non ?! Je crois qu’elle a bien aimé, elle disait tout le temps « hmmmm », « hmmmmm », et je crois que c’est comme ça que l’on manifeste un plaisir gustatif. Alors voilà, ses « hmmm » à répétitions m’ont donné envie d’écrire un article sur 151 cm de gourmandise, hé non mes centimètres n’ont pas augmentés, c’est dommage, peut-être que si j’avais quelques centimètres en plus je pourrais me resservir d’une deuxième part à chaque fois sans avoir les dents du fond qui baignent. Quoi que.. plutôt d’une troisième part, parce que je suis déjà pas mal dans mon genre en matière de deuxième part.

Pâte sablée
250 g de farine
125 g de beurre
1 oeuf
2 cuill. à soupe de vergeoise (ou sucre en poudre)
1 cuill/ à soupe d’eau
1 pincée de sel

cheesecake
250 g de fromage blanc
3 cuill. à soupe de sucre en poudre
2 cuill. à soupe de crème fraîche épaisse
2 cuill. à soupe de fécule de maïs
1 cuill à soupe de beurre fondu
1 gousse de vanille (facultatif)

Bananes caramélisées
5 bananes
cassonade

meringue
2 blancs d’oeuf
50 g de sucre glace
1 pincée de sel

Préparation :
Préchauffez votre four à 250°C
Préparez la pâte sablée : faites du sable avec la farine, le sel et le beurre coupé en petites parcelles, ajoutez l’oeuf battu préalablement avec la cuillère à soupe d’eau et la vergeoise. Travaillez rapidement à la main pour ne pas ramollir la pâte. Foncez une tourtière avec l’appareil et placez au frais le temps de préparation du cheesecake et des bananes caramélisées.

Préparez les bananes caramélisées: Coupez les bananes en rondelles et disposez-les sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Saupoudrez généreusement avec de la cassonade et enfournez 5 à 10 minutes. Les bananes doivent être bien dorées et doivent avoir perdu de leur jus. Abaissez ensuite le four à 150°C

Sortez la tourtière du réfrigérateur et faites pré-cuire la pâte 5 minutes, elle doit légèrement dorer, pas plus, car elle va cuire 30 minutes de plus, une fois qu’elle sera garnie du cheesecake.

Préparez le cheesecake: Égouttez le fromage blanc. Mixez la gousse de vanille en fine poudre. Réunissez dans un saladier le fromage blanc, le sucre, les oeufs et la vanille en poudre et battez avec une cuillère en bois ou un mixeur jusqu’à ce que la préparation soit lisse. Mélangez la crème fraîche et la fécule de maïs, ajoutez à la garniture. Versez l’appareil sur la pâte pré-cuite et enfournez 30 minutes. Laissez refroidir. Baissez le four à 100°C.

Préparez la meringue: Les oeufs doivent être sorti à l’avance pour être à température ambiante lors de l’utilisation. Ajoutez la pincée de sel aux blancs d’oeuf et montez-les en neige avec le sucre glace. A l’aide d’une poche à douille, garnissez le cheesecake de meringue et enfournez. Après une vingtaine de minutes, éteignez le four et laissez dessécher le cheesecake dans le four si vous préférez que la meringue soit croquante plutôt que moelleuse.

Variante de Mc Do


J’ai un papa qui adooooooooooore les gâteaux, mais vraiment beaucoup de chez beaucoup! Nous les nanas, on aime bien faire des gâteaux, mais bon parfois il faut l’avouer on a vraiment envie de rester faire bronzette sur le transat les doigts de pied en éventail, d’accord ou pas d’accord? Et bien voilà, c’est ce qui m’arrive quelques fois… Mais mon papa est un grand génie et a trouvé une idée superbement génialissime: Il ramène des caisses et des caisses de fruits en tous genres à la maison.Des pêches, des abricots, des cerises… « C’est bien idiot de ne pas les utiliser et de les laisser pourrir », surtout que « c’est bon pour la santé » et qu’il faut « en manger 5 par jour », en plus c’est « mal de gaspiller », c’est la raison pour laquelle il est essentiel de faire des gâteaux. Voyez-vous, mon papa est un grand génie car il a su démontré par a + b qu’il fallait faire des gâteaux.
Aujourd’hui il s’agit de gros abricots gros comme une balle de tennis! Enfin presque hein! Et encore une fois il y en avait tellement! Des clafoutis, des gâteaux, tout y passe, mais aujourd’hui j’ai eu envie d’innover ! Seulement après toutes ces calories ingurgitées, il a fallu passer au light…

Burgers d’abricots – Cookies ULTRA lights !

75 g de flocons d’avoine
75 g de farine
50 g de beurre
70 g de vergoise
2 oeufs
70 g de raisins secs
50 g de graines de tournesol
2 cuill. à soupe de Rhum
– De gros abricots

N’hésitez pas à varier les saveurs en rajoutant d’autres fruits secs, vanille, fleur d’oranger…

Mélangez tous les ingrédients en enfournez environ 10 à 15 minutes, la surface des cookies doit dorer. Laissez refroidir.
Coupez les abricots en deux, dénoyautez-les et faites des petits sandwichs avec les cookies comme sur la photo. Attachez-les avec du rafia ou un joli ruban.

Qui dit cerise dit clafoutis!

Nous y sommes enfin, la saison des cerises, et qui dit Cerise, dit Clafoutis! Clafoutis parce que c’est simple et bon, Clafoutis parce que c’est rapide et léger. Alors voilà, les avis sont partagés: clafoutis avec les noyaux ou clafoutis sans les noyaux? Un sujet qui à, depuis toujours, soulevé de nombreux débats. Madame veut des noyaux, car ils rendent meilleur son clafoutis, évitent qu’il soit détrempé mais surtout, parce que dénoyauter des cerises, et ben c’est long! Et très long! Mais Monsieur, lui n’en veut surtout pas, les noyaux ça l’embête, il ne peut pas dévorer tranquillement, et puis c’est plus sécurisant pour bébé. Sauf que grand-mère respecte les traditions, et pas question de remettre en cause les traditions, il faut des noyaux un point c’est tout! Pourtant il existe des cerises qui se dénoyautent très très bien, comme les griottes, mais évidemment, comme on a jamais tout  à la fois, elles ne sont pas aussi bonnes et aussi sucrées que les grosses cerises noires de type Burlat. Voilà pourquoi le débat Clafoutis ne se terminera jamais !

Clafoutis aux griottes sans noyaux !

25 cl de lait
750 g de cerises bien mûres
45 g de beurre
115 g de farine
1/2 sachet de levure en poudre
4 oeufs
125 g de sucre
2 pincées de sel
10 g de sucre cassonade

Préchauffez le four à 180°C
Portez le lait à ébullition. Laissez tiédir.
Lavez les cerises, égouttez, équeutez et dénoyautez-les.
Beurrez un plat à gratin puis farinez-le. Disposez les cerises dénoyautées.
Tamisez le reste de farine et la levure ensemble.
Faites fondre le beurre au bain marie ou au micro-ondes.
Dans un cul de poule, battez les oeufs en omelette puis ajoutez le sucre et le sel et fouettez 5 minutes. Versez ensuite le mélange farine-levure et mélangez délicatement à la spatule en bois. Enfin ajoutez progressivement le beurre fondu puis le lait. Versez l’appareil sur les cerises et enfournez 50 minutes.
A la sortie du four, saupoudrez avec la cassonade.

Utilisez de préférence un plat à gratin assez large pour que le clafoutis soit moins épais et donc plus léger.

Coup d’fouet


Aujourd’hui est un jour d’innovation. Oui j’ai décidé d’innover dans mon petit déjeuner, car le petit déj’ c’est sacré de chez sacré! (Si vous aussi, votre mamounette ne vous laissait jamais partir sans avoir englouti quelque chose avant de partir à l’école).  J’avais pris l’habitude de réaliser des scones le samedi après-midi pour fêter le début d’une belle journée le dimanche matin après une bonne grass’mat, et puis comme je suis en vacances cette semaine, je me suis dis que les dimanches de vacances ne devaient pas être les mêmes que les dimanches ordinaires. C’est pour cette raison que j’ai eu l’excellentiiiiissime idée de revisiter les scones. Donc, j’ai remplacé une partie de la farine blanche par de la farine complète, du muesli et du son d’avoine, puis rajouté des abricots secs, des zestes d’orange en plus des raisins secs.

Scones revisités (by Julietta!)

100 g de farine blanche
50 g de farine complète
75 g de muesli
50 g de son d’avoine
60 g de beurre
2 cuill. à soupe de sucre
1 sachet de levure chimique
15 cl de lait
30 g de raisins secs
30 g d’abricots secs coupés en petits morceaux
le zeste d’une orange

Préchauffez votre four à 200°C.
Dans un cul de poule, mélanger les farines, le son d’avoine, le muesli, le sucre et la levure ensemble. Ajoutez les pincées de sel.
Ajoutez le beurre froid coupé en petite parcelle, et travaillez le beurre et la farine au doigt afin d’obtenir une texture sableuse, comme si vous réalisiez une pâte sablée. Ajoutez les raisins, les abricots secs et le zeste d’orange et mélangez à nouveau.
Ajoutez ensuite, petit à petit le lait tout en mélangeant avec une fourchette.
Quand la pâte s’épaissit, travaillez rapidement à la main et façonnez une boule. Ne travaillez-pas trop longtemps la pâte pour qu’elle lève correctement.
Farinez un plan de travail, et étalez la pâte au rouleau sur 2 cm d’épaisseur environ.
A l’aide d’un emporte-pièce de 4 cm de diamètre environ ou d’un petit verre, découpez des disques de pâte.
Déposez ces disques sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
Mélangez un oeuf battu avec une cuill à soupe de lait, et badigeonnez la surface des disques.
Enfournez une vingtaine de minutes, ils doivent dorer sur le dessus uniquement, autrement c’est qu’ils sont trop cuits, ils doivent rester suffisamment moelleux.

« Mamie j’ai faim! »

Toutes les cuisinières, amatrices ou professionnelles, ont dans le cahier de recettes, tous les secrets culinaires de leur grand-mère. Je suis convaincue, qu’après des générations et des générations, les recettes de grand-mère restent les meilleures! Je pense que ce n’est pas vraiment le goût que nous trouvons exceptionnel, bien que la tarte aux pommes de mamie est toujours aussi divine, mais je pense qu’il serait plutôt question de la valeur que nous accordons à ses recettes. Le souvenir, les souvenirs. C’est pour cela que nous trouvons ces saveurs hors du commun. Vous ne trouvez pas? La pâte sablée issue de Cuisine Actuelle sera nettement moins bonne que celle de ma Mamie Annette, et pourtant ce sont les mêmes pâtes : 250 g de farine pour 125 g de beurre. Oup’s excusez-moi, je vais trop loin! On comprends maintenant mon goût pour l’économie, ou plutôt ce besoin permanent de tout remettre en question. Mais revenons à nos casseroles! J’avais envie de dire que les pommes, sont TOUJOURS dans les meilleures recettes de nos grands-mères, et je dirais même qu’il est souvent question des pommes qui sont en train de moisir au fond de la cuisine. C’est avec ces fameuses pommes moisies que nos petites mamies ont fait des délices lorsqu’on rentrait de l’école! Un exemple aujourd’hui avec la grimolle aux pommes (les pourries au fond de la cuisine) de ma grand-mère qui me manque beaucoup!

Grimolle aux pommes

50 g de farine
70 g de sucre
1/2 sachet de levure chimique
50 g de lait
3 cuill. à soupe d’huile
1 oeuf entier
4 pommes

Garniture :
50 g de margarine
40 g de sucre
1 oeuf entier

Préchauffez le four à 150°C et huilez un plat à four.
Coupez en fines lamelles les pommes et répartissez les dans le plat.
Dans un saladier, mélangez la farine, la levure, le sucre. Ajoutez le lait, l’huile et l’oeuf et fouettez bien l’appareil pour ne pas obtenir de grumeaux.
Versez la pâte sur les pommes et enfournez.
Pendant la cuisson, faites ramollir la margarine puis mélangez-la avec l’oeuf et le sucre.
Quand la pâte est presque cuite, versez la garniture « margarine-oeuf-sucre » par dessus et laissez dorer au four.

mécanic’ orange

« Oh my gosh ! » – comme qui diraient les nanas de la pub philadelphia – J’ai enfin trouvé le cake qui manquait à ma vie ! Des années, oui des années que je rêve de réaliser un cake aussi fort en orange. Le secret ? Surtout, ne pas y aller de main morte! Rien de plus jouissif qu’une part bien chaude volée à la sortie du four, ah ça non, rien de plus jouissif. Et en plus, pas d’indice gras in this cake. Non, non, non j’ai bien pas d’indice gras, not butter.

Cake à l’orange

– 3 œufs
– 6 cuill. à soupe de farine
– 2 yaourts nature
– 100g de poudre d’amande
– 70 g de sucre roux
– 2 cuill. à soupe de fleur d’oranger
– 1 orange
– ½ sachet de levure chimique

Préchauffez votre four à 180°C.
Coupez l’orange en très fines rondelles et disposez les dans un moule préalablement saupoudré de sucre roux.
Saupoudrez à nouveau de sucre roux.
Fouettez le sucre roux avec les jaunes d’oeufs et les deux yaourts nature.
Ajoutez la poudre d’amandes, la farine et la fleur d’oranger et continuez à mélanger.
Incorporez en dernier élément la levure chimique et mélangez à nouveau.
Versez l’appareil sur les rondelles d’orange, et enfournez 30 minutes au minimum à four chaud.
Quand la surface du cake commence à dorer couvrez le cake d’une feuille d’aluminium.

Chocolatement chocolaté !

Pour noël j’avais décidé de faire des chocolats, enfin bon, des mignardises avec du chocolat hein ! J’ai préféré faire des choses simples car c’était une première pour moi – doucement mais surement ! – Je me suis donc lancée dans la confection des truffes au pralin et à la fève tonka, des mendiants au piment d’Espelette et des florentins. Je ne préfère même pas décrire la scène des mendiants avec la poche à douille, si vous voyez ce que je veux dire !  Mais bon, une fois posés sur la table je n’en ai même pas vu la couleur… Une après midi pour tout construire, une minute pour tout engloutir !

Florentins

– 100g de crème fraîche
– 95g de sucre
– 30g de miel
– 100g d’amandes effilées
– 125g de fruits confits
– 150g de chocolat noir

Préchauffez votre four à 200°C.
Porter à ébullition la crème, le miel et le sucre. Incorporez les amandes effilées et les fruits confits coupés en petits dés et mélangez bien pour les enrober parfaitement.
Déposez une couche de ce mélange dans chacune des empreintes d’un moule en silicone et enfournez. Les florentins doivent bien dorer. Laissez bien refroidir avant de démouler.
Faites fondre le chocolat au bain marie et nappez les florentins.

Truffes au chocolat noir, pralin et fève tonka

150 g de chocolat noir pâtissier
125 g de crème fraîche
25 g de beurre
50 g de pralin
2 fèves tonka en poudre
1 cuill. à soupe de miel
du cacao amer en poudre (Van Houten)

Portez à ébullition la crème avec le miel, pendant ce temps faites fondre le chocolat au bain marie. Transvasez la crème dans le bol du robot et commencez à fouetter la crème, ajoutez alors en filet le chocolat fondu. Incorporez ensuite le beurre, le pralin et les fèves tonka. Mélangez délicatement puis laissez refroidir à température ambiante. Une fois refroidi, placez l’appareil au frais minimum une heure. Confectionnez des boules en roulant entre vos mains et roulez-les généreusement dans le cacao en poudre. Attention ça fond très vite ! Placez au frais jusqu’à la dégustation.

Mendiants au piment d’espelette

– 250 g de chocolat noir (préférez un chocolat de très bonne qualité)
– 3 pincées de piment d’espelette
– des noix et amandes entières, raisins secs, noisettes, fruits confits …

Faites fondre le chocolat au bain marie et incorporez le piment d’Espelette. Sans trop attendre transvasez le chocolat fondu dans une poche à douille et dressez les mendiants sur une plaque recouvert de papier sulfurisé. Tapotez la plaque sur la table pour que le chocolat s’étale. Répartissez sur le chocolat encore liquide les noix, les raisins, etc … Ne perdez pas de temps car le chocolat peut durcir rapidement.